La veille apprivoisée #4

Colleurs d'affiche - Par L.Dujol. CC-BY-SA

Sélection hebdomadaire d’informations parues sur le web concernant le monde de l’info-doc et les enjeux du numérique.

– Vers des livres vivants – InternetActu

« Faire subir des ajustements à un livre pour le faire passer d’une époque à une autre n’est pas nouveau. La différence importante entre un livre numérique remis à jour et une édition imprimée révisée, au-delà du temps et du coût : dans la première, la révision remplace littéralement le livre qui précède. Une fois téléchargé, dans la plupart des cas, un nouveau livre numérique supplante la version originale, comme si la première version n’avait jamais existé– un livre numérique élimine le souvenir de qui l’a précédé. »

 – Casser la page – La feuille

Des interrogations sur la conception des livres numériques. L’arc narratif étant transformé, quid des outils de création ? Quid des outils qui permettent aux lecteurs de naviguer convenablement et facilement dans ce qu’ils cherchent? Quid de la disparition de l’indexation des livres numériques ?

– Making Ebooks Visible at Academic Libraries – The digital shift

Comment rendre visible son offre d’ebooks en bibliothèque universitaire ?
Dans le même esprit lire cet article de David Lee King qui nous explique comment ne pas séparer le numérique du physique. Promouvoir la présence numérique de la bibliothèque ( Facebook, Twiter, Youtube …) dans les murs par une signalétique dans les salles de travail, la machine à café, dans les rayonnages avec nos livres, en fond d’écran des postes de consultation …

– 7 Things You Should Know About Service Design – iLibrarian

Le design des services en 7 questions essentielles. Sur le même sujet, voir cette présentation de Zaana Howard

– Gamification: la slideshareatture – Ludicité

Une sélection de ressources très intéressantes pour comprendre le concept de gamification. La définition de Thierry Robert : « Intégration de mécaniques ludiques dans l’espace public pour favoriser la participation citoyenne par l’éducation, la sensibilisation et l’engagement. »

– Vers la fin du RSS ? – Bibliothèques [Reloaded]

Firefox a retiré son icône RSS de la barre d’URL, Twitter le lien « RSS » sur la page d’un profil, Google annonce que Google Reader va disparaître de la barre de navigation depuis Gmail. Allons nous vers la fin du RSS ? Plutôt vers la fin d’un RSS « grand public », qui préfère suivre l’actu via les réseaux sociaux, et un repositionnent vers certaines communautés d’utilisateurs dont les professionnels de l’information. Un billet qui a fait débat. Etienne Cavalié a fait une mise au point.

– Guide pratique pour un portail web en bibliothèque – bibliothèque numérique de l’Ennsib

Le Guide pratique pour un portail web de bibliothèque est un outil visant à aider les professionnels des bibliothèques à concevoir le portail web de leur établissement, à saisir certains enjeux, à se positionner sur des services et à élaborer un cahier des charges pour leur prestataire informatique. Très utile.

———

Ma veille au jour le jour est à suivre sur mon profil Twitter ou Facebook ou encore sur ma liste de partage Google Reader


Publicités

États d’âme sur la diffusion de ma veille

Dans un billet précédent j’expliquais que :

l’objectif d’une veille est d’apporter l’information dont le destinataire à besoin au moment où il en a besoin. C’est en cela que le veilleur est un capteur de signaux faibles dans les flux continus d’informations. Il ne s’agit pas seulement de repérer les bonnes ressources, il faut pointer l’information pertinente et la rendre disponible et utilisable pour soi mais aussi pour sa communauté de pratique ou d’intérêt. Veiller c’est donc et surtout diffuser, partager et capitaliser.

Depuis plusieurs semaines je m’interroge sur la manière dont je partage et je diffuse ma veille sur le web social.  Un regard critique que je désire partager.

Eviter l'écueil du narcissisme social - (Par cabbit. CC-BY-SA Source : Flickr )


Facebook a bonifié ma veille ou les limites d’une diffusion automatisée :

Dans un premier temps j’ai utilisé Facebook comme un simple canal de diffusion automatisée de ma veille via le service dlvr.it. Il me suffit d’appuyer sur le bouton de partage disponible dans mon Google Reader pour nourrir le flux rss qu’utilise dlvr.it pour propulser l’information sur mes profils sociaux. Un moyen très pratique mais qui ne diffuse qu’une information à faible valeur ajoutée. Un titre et une url. De moins en moins satisfait, j’ai décidé d’arrêter ce type de diffusion sur Facebook et de faire l’effort de “contextualiser” chaque information partagée par un commentaire ou une citation. Il m’arrive aussi d’indiquer par un “A lire +, ++, +++” un article que je considère important à lire. D’autre part je m’implique de manière plus active dans l’animation de ma communauté Facebook. Je « like » les ressources que je trouve intéressantes, en ayant bien conscience qu’il s’agit là que d’un indice de popularité sociale, et surtout je commente par une précision, un avis voire même un lien, les statuts de me amis. Les résultats sont assez concluants. Il est rare qu’une information partagée sur mon profil ne soit pas « liker », reprise ou commentée. Je fais le même constat avec Google+, avec peut être à termedes effets plus bénéfiques pour mon référencement. Sans aucun doute une veille accompagnée d’une médiation facilite la possibilité d’un échange et confirme les propos de Jean François Gayrard :

Il ne s’agit pas d’être sur les réseaux sociaux pour être sur les réseaux sociaux parce que c’est à la mode. Il faut y être pour le partage et l’échange. Pour ce qui est du partage, certains partagent mais n’échangent jamais. On est en plein dans le narcissisme social ; « si tu veux que l’on s’intéresse à ce que tu fais ou ce que tu as dire, intéresse-toi à ce que les autres font ou ont a dire »

Plus intéressant, ce travail de médiation a bonifié ma veille. Commenter ou annoter m’oblige à prendre du recul sur ce que je vais partager. Ce temps court d’écriture m’a souvent convaincu de ne pas partager une information que j’avais jugé a priori intéressante. Avec un simple bouton de partage je n’aurais pas hésité à le faire, presque comme un réflexe.

Le maillon faible : Twitter ou le veilleur ?

Je n’ai pas réussi à faire ce travail avec Twitter. Ma time line continue à diffuser automatiquement ma veille tel un robinet d’information sans valeur ajoutée aucune.
Contrairement à Facebook, je n’ai aucune pratique sociale de Twitter. Je ne suis pas un adepte des #FF, je ne remercie pas lorsque l’on me retweete et je dois même vous avouer que je suis très rarement la time line de mes followers. Je retweete quelques infos lorsque j’y jette un oeil à mes minutes perdues. Par contre je suis très attentif aux tweets liés à un hashtag événementiel comme lors du dernier #Bookcamp4. Mais je ne participe pas plus aux échanges.

Pas de valeur ajoutée et aucune animation de communauté. Face à ce constat je me suis interrogé sur l’intérêt de garder ce profil. J’ai donc posé la question à mes followers. L’un d’eux m’a répondu “ L’intérêt ? Celui de ceux qui suivent !” A force de cogiter on ne voit plus l’évidence.

La question serait plutôt de savoir si je désire continuer à diffuser ma veille de manière automatique sur Twitter. Non, dans l’absolu. Mais ce n’est pas si simple. Il m’est difficile de faire un simple copier-coller de mes annotations Facebook sur Twitter – ce que je fais sans souci avec ma liste de partage sur Google Reader grâce à la fonctionnalité « envoyer à ». Le petit oiseau bleu m’oblige à 140 caractères, tiny url et mention source comprises. Il faut donc aller à l’essentiel en 80 caractères, parfois jusqu’à la caricature. Je crois surtout que je ne suis pas compatible avec Twitter. Va pour le robinet et ceux qui s’y abreuvent n’auront qu’à valoriser ;-).

"Trop de couleurs distrait le spectateur" J.Tati -(Par kool_skatkat. CC-BY-SA Source : Flickr )


Diffuser moins et mieux et revenir à une veille durable

Récemment, J’ai reçu un message d’une bibliothécaire qui me faisait part de son sentiment paradoxal. A la fois elle appréciait mes recommandations de lecture et en même temps elle était frustrée de ne pouvoir tout lire. Ce fut un déclic. Partager trop d’informations, tue la veille. J’ai donc levé le pied. Je considère qu’au delà d’une quinzaine de recommandations par jour, je contribue à la sursaturation informationnelle ambiante. Ce quota est arbitraire mais il a au moins le mérite, couplé avec l’effort de « contextualisation », de m’éviter l’écueil du partage réflexe.

Un dernier point. La diffusion de sa veille sur les réseaux sociaux est éphémère. C’est une lacune majeure. Sachant qu’un message sur Facebook n’est visible qu’une poignée d’heures en moyenne, que reste-il des liens partagés au bout d’une semaine ? En outre Il est très difficile de capitaliser l’information disponible sur les réseaux sociaux. Il est donc important de revenir à « une diffusion durable ». La « Veille apprivoisée » est une tentative. Chaque semaine je publie sur ce blog, le meilleur de ma veille commentée en moins de 10 liens. Celle-ci est ainsi taguée, indexée, visible et pérenne. Elle s’adresse à ceux qui ne sont pas sur les réseaux sociaux et ils sont nombreux dans notre communauté professionnelle, mais aussi à ceux qui n’ont pas un temps infini à consacrer à la veille.

La feuille de route se précise donc :

– Miser sur la qualité et moins sur la quantité d’informations partagées.
– Apporter une valeur ajoutée à ce qui est propulsé.
– Animer la communauté d’amis sur Facebook/Google plus (?) car elle m’enrichie de ses recommandations et de ses commentaires.
– Utiliser Twitter comme un simple canal de diffusion.
– Laisser une trace durable sur ce blog avec la « Veille apprivoisée ».

– Ne pas oublier que tout cela est terriblement chronophage…

Les hybrides lancent le bibliolab !

[billet publié simultanément sur les blogs des membres du groupe bibliothèques Hybrides de l’ABF]

Le Bibliolab, c’est l’histoire de quelques crapauds fous qui ont suivi un fil RSS…

Issue d’une idée de Xavier Galaup, le Bibliolab est une plateforme en ligne qui a pour objectif d’offrir un espace de ressources et d’expérimentations pour les bibliothécaires souhaitant découvrir le Web 2.0 et ses applications. Le 26 septembre, à l’occasion du Bookcamp, les membres du groupe Bibliothèques hybrides de l’ABF présenteront cette plateforme.

Le Bibliolab est conçu pour vous permettre de :

  • Vous former grâce à de nombreux tutoriels sur des outils tels que les blogs, les agrégateurs et bien d’autres,
  • Expérimenter grâce aux plateformes de tests qui vous sont réservées sur le site : vous pourrez créer votre blog et poster vos premiers billets. Vous pourrez aussi utiliser un agrégateur et découvrir les possibilités offertes par les flux RSS.

Le Bibliolab met aussi en avant différentes ressources liées au groupe Bibliothèques Hybrides et à ses membres telles que :

  • Calendoc, agenda collaboratif des professionnels de l’information-documentation
  • Le blog du congrès ABF
  • Les articles de la rubrique Le Billet des Hybrides dans la revue de Médiathèque(s) de l’ABF

Alors rendez-vous au Bookcamp ou sur bibliolab.fr. Et soyez nombreux à créer des blogs et des agrégateurs !

Génération internet : nouvelles pratiques pour les bibliothècaires formateurs

J’étais  la semaine dernière à Louvain la Neuve, en Belgique pour une intervention auprès des bibliothécaires formateurs de l’Université Catholique de Louvain, sur le thème « Génération internet : nouvelles pratiques pour les bibliothécaires formateurs ».

il s’agissait de donner du sens aux concepts un peu fourre tout  de web 2.0  et de génération Y et de s’interroger sur les incidences possibles dans les pratiques des formateurs. Après un rapide aperçu des usages numériques quotidiens de cette génération, j’ai posé un postulat un tantinet provocateur : ces « digital natives » n’ont  pas de demande particulière en terme de culture informationnelle tant le sentiment d’autonomie – et du coup de désintermédiation – est fort.  Avec Google il n’a jamais été aussi facile de trouver – et je n’ai pas dit chercher – une information. Comble de facilité,  il y a un bouton » j’ai de la chance » ! Pourquoi donc se poser la question d’une stratégie de recherche ou de s’interroger sur la validation de l’information ? Si je ne trouve rien sur le catalogue de ma B.U serait ce parce que  « je  n’ai pas eu de pot ! »

Bien évidemment la formation à une culture informationnelle n’a jamais été aussi nécessaire …. mais les pratiques bougent …. formateur certes, mais médiateur aussi voire animateur de communauté !

Voici en vrac ce que j’ai défendu :

– La formation des outils est certes importante mais aujourd’hui la demande d’accompagnement se fait sur des usages précis.  » Je ne retrouve pas la revue que je cherche dans le catalogue de la BU … alors que je sais qu’il y ait« , formation proposée à l’UBO de Brest, me parait bien plus pertinent qu’une formation à la connaissance globale du portail documentaire ou à la stratégie de recherche d’informations avec sa minute absurdesque sur les opérateurs booléens. De la  proximité !

– Posons nous aussi la question des outils mis à disposition. Sont-ils à la hauteur des attentes des étudiants ? Roy Tennant nous rappelle avec pertinence  » Seuls les bibliothécaires aiment chercher, tous les autres aiment trouver ! » Ces outils s’insèrent ils véritablement dans leurs univers numériques quotidiens ? On pourra imaginer la formation la plus 2.0  qu’il soit, elle n’aura aucun effet si l’offre des outils documentaires est en décalage avec les usages. Lorsque je vois un service comme Infosphère, je ne suis pas sûr que nous soyons en phase avec les usages de la génération Y.

– Les étudiants ne sont pas des experts du web 2.0. S’ils utilisent massivement les blogs, les réseaux sociaux ou plus simplement la nébuleuse des services Google, ils n’ont que très rarement conscience de la mésinformation, des enjeux de l’identité numérique ou encore du plagiat. Le bibliothécaire formateur est certainement le mieux placé aujourd’hui pour accompagner l’étudiant dans cette jungle informationnelle et lui donner la connaissance nécessaire de ce terrain numérique truffé de pièges. Sur ce point voir l’extraordinaire travail des geemiks à l’ESC de Lille sur l’identité numérique. Autre exemple. Une majorité d’étudiants ignorent encore des outils aussi incontournable que les fils rss ou encore le plug-in Zotero.  Les BU de Brest  ou d’Angers forment leurs étudiants à  la pratique des fils rss et à l’utilisation de l’outil de gestion bibliographique Zotero.

– La coproduction de contenus est certainement l’une des meilleures formations à cette culture informationnelle et numérique.  A l’image de l’Université Paris Descartes qui à mis en place une plateforme interne de blogs, “Les carnets de l’université Paris Descartes“ sur laquelle les étudiants, les chercheurs et les enseignants publient des billets sur leur lectures, stages, recherches ou cours. Chacun étant confronté à une écriture web, appréhende mieux l’information en ligne : effort d’écriture, de contenus validés et de références. Sentiment en outre, que chacun appartient à une communauté où chacun apporte sa contribution à la conversation collective. Une construction du savoir moins hiérarchisée, d’égal à égal, chacun étant à sa place. Un réseau social qui dénombre aujourd’hui plus de 4000 membres ! Le bibliothécaire formateur doit s’inscrire dans cette communauté comme étant l’animateur, le coordinateur, l’accompagnateur …

– Je ne pouvais terminer sans évoquer le crapaud fou qui sommeil à l’intérieur de chaque bibliothécaire ;-). De l’audace dans la proposition de formation ! Et pourquoi pas Un barcamp culture informationnelle dans le SCD de l’université, co organisé avec les étudiants, les chercheurs, les enseignants et les documentalistes …. comment ça c’est trop bruyant !

– Enfin et on ne le dira jamais assez, tous cela n’est possible que si le bibliothécaire formateur a à disposition des outils de travail adéquats, un accès internet non bridé et la reconnaissance sur son temps de travail d’une activité de veille et d’auto formation. ça c’était pour le directeur de la B.U 🙂

Traiter, partager, diffuser et capitaliser sa veille

je pars demain à Bordeaux où j’interviendrai sur la notion de traitement, de diffusion et de capitalisation de l’information de sa veille, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par L’IUT Michel de Montaigne – Pôle des Métiers du livre et le CNFPT ayant pour thème « La veille professionnel sur internet ».

Ma réflexion part d’un postulat un tantinet provocateur : Netvibes n’est pas un outil de veille – la matinée de cette journée est consacrée à ce service. Bien installé dans le monde de l’info-doc Netvibes est surtout utilisé comme un tableau de bord des ressources en ligne suivies par le veilleur. Une sorte d’offre de signets dynamique.

Je rappelle que l’objectif d’une veille est d’apporter l’information dont le destinataire à  besoin au moment où il en a besoin. C’est en cela que le veilleur est un capteur de signaux faibles dans les flux continus d’informations. Il ne s’agit pas seulement de repérer les bonnes ressources, il faut pointer l’information pertinente et la rendre disponible et utilisable pour soi mais aussi pour sa communauté de pratique ou d’intérêt. Veiller c’est donc et surtout diffuser, partager et capitaliser. Sur ce point Netvibes n’est pas satisfaisant. J’appuie donc ma démonstration sur Google Reader qui reste à mes yeux l’agrégateur en ligne le plus complet … Le procédure que je décris ici n’est qu’une possibilité parmi tant d’autres. Vous ne manquerez pas de me faire part de vos remontrances 😉

Autre axe de mon intervention, l’émergence du veilleur amateur avec la diffusion des services estampillés 2.0.  Aujourd’hui un panel impressionnant d’outils en ligne et gratuits permet à n’importe quel amateur de développer une veille. A l’image des briques legos, les services et autres plugins  s’assemblent entre eux, de sorte à créer des outils de veille ayant une granularité d’usages très large. De l’extérieur cela ressemble à une usine à gaz ….peut être la meilleure définition du web 2.0

Le monde des bibliothèques n’y échappe pas. Libéré des progiciels, n’importe quel agent, service ou établissement peut élaborer une veille professionnelle de qualité… reste la compétence. A l’heure où nous passons du support au flux, cette compétence n’a jamais été nécessaire au profil du bibliothécaire. Et qu’on se le dise !

Reblog this post [with Zemanta]

Vers une veille collaborative, bis repetita !

Il y a quelques mois je vous faisais part de mon souhait de voir la mise en place d’un veille collaborative thématique en info-doc. Dans ce billet je vous  présentais  une solution intéressante de veille collaborative proposée par  Laurent Assouad. Une solution qui s’appuie sur les fonctionnalités avancées de Google Reader :

1) Les veilleurs veillent. Ils consultent dans leurs agrégateurs des centaines de flux RSS
(2) Les veilleurs filtrent l’information. Dans la multitude d’infos, ils sélectionnent celles qui peuvent être intéressantes. Ces sélections d’articles forment elles-mêmes des flux RSS.
(3) Les différents flux RSS qui concernent un même sujet sont fusionnés en un seul flux.
(4) Tous les collaborateurs susceptibles d’être intéressés par un sujet “veillé” ont à leur disposition un flux RSS qui regroupe au même endroit la sélection faite par les veilleurs à ce sujet, la crème de la crème !

Il  s’agit donc de  fusionner les fils rss générés sur un même tag de G-reader avec Rss Bang.  Rss Bang permet de regrouper plusieurs fils rss en un seul. Je vous encourage à lire son tutoriel sur le même billet.

Pour faire bref, chacun des veilleurs contributeurs suivent cette procédure :

– Je repère sur G-Reader un article intéressant concernant l’édition numérique – Étape 1.
– Je lui associe le tag “édition numérique”. Cette article alimente donc le fil rss de ce tag. Étape 2
– Via Rss Bang, le fil rss de ce tag fusionne avec tous ceux du même tag des autres veilleurs. Étape 3
– Tous les veilleurs collaborateurs reçoivent cette veille partagée et thématique en s’abonnant au fil rss “Édition numérique”. Étape 4

« les veilleurs procèdent au moissonnage, écrèment, et libèrent le meilleur du jus informatif en l’indexant. » écrivait en commentaire Bernard Majour.

Le principal écueil de cette solution était l’absence de dédoublonnage automatique. Si trois veilleurs contributeurs taguent le même article, il sort trois fois de la moulinette. Ce problème est désormais résolu grâce à Feed Digest !

Feed Digest tout comme RSS bang ou encore Xfruits permet de fusionner plusieurs fil rss en un seul. Son utilisation est simplissime. Tout d’abord il faut rentrer les urls des feeds que l’on veut fusionner dans les champs adéquats.  Vient ensuite la configuration des paramètres de ce nouveau fil. C’est ici que Feed Digest fait la différence. Une gestion des doublons y est proposée.  Quatre choix possible :

feedigest

– ne pas filtrer les doublons
– filtrer les doublons sur le titre de l’article
– filtrer les doublons sur l’url de l’article
– filtrer les doublons en ignorant l’Anchor de l’url

Bien évidemment j’ai testé le service. J’ai utilisé des fils rss de tags générés par  Google reader et qui pointent sur des items similaires. Et effectivement il n’y a plus de doublons à la sortie de la moulinette ! Ce qui relance donc la proposition que je vous soumettais il y a quelque mois : pourquoi ne pas mettre en place une veille collaborative et thématique  selon le procédé décrit ci dessus ?

Comme je l’indiquais dans mon billet, il y a des contraintes :

– Il faut être utilisateur de  G-reader et de ses fonctionnalités de partage et d’indexation par tags.
– Il faut des volontaires.  Qui lèvent le doigt ?
– Il faut s’entendre sur les tags. Le cauchemar des réunions thésaurus is back !
– Il faut savoir ne pas être sensible du tag : se limiter à 3 voire  5 articles jour par veilleur pour éviter d’être écrasé par un trop plein d’informations.

Une limite  s’ajoute à tout cela. Il s’agit d’une veille collaborative automatisée ! On élimine certes les articles doublons mais pas les articles qui parlent du même sujet provenant de sources différentes… une redondance productrice de bruit !

Il ne s’agit  donc pas de la solution idéale mais je crois important de tenter le coup …. qu’en pensez vous ?

Reblog this post [with Zemanta]

Des fils RSS dans nos bibliothèques …. mais pour qui ?

Les discussions de couloirs lors des dernières Rencontres d’Autrans m’ont convaincu d’une chose : tous les services estampillés 2.0 sont compris et utilisés par une minorité éclairée d’internautes. Pour preuve les nombreux étudiants en communication présents à Autrans – la fameuse génération Y  –  ont avoué  très peu utiliser tous ces outils dans leur travail de veille informationnelle ou de mise en réseaux de la connaissance. Ce que nous appelons le web 2.0 est à leurs yeux le web tout court – et ils ont bien raison sur ce point – et son usage est essentiellement ludique. Nous échangeons sur les fils rss et je leur demande si ils les utilisent; leur réponse est sans équivoque : « bof ! » Légère douche froide sur ma tête de bibliothécaire zhybride qui est sur le point de proposer une feedothèque aux usagers de ma bibliothèque.

Encore une fois, et il faut me se  le répéter régulièrement, l’usager internaute 2.0 n’est pas là. Ainsi, il y a de fortes chances que les fils rss que  nous essayons de déployer sur nos portails de bibliothèque ne concernent en fait qu’une petite minorité de nos usagers en ligne. Une récente étude publiée par Forester indique que seul 11 % des internautes ont adopté les flux RSS avec une croissance d’ à peine 2 % sur ces trois dernières années.  Il y a donc là un grand écart : nous défendons les fils rss sur nos services en ligne et nous constatons que cet outil ne séduit pas l’internaute usager. Je me demande si au final nous ne reproduisons pas les mêmes travers que nous condamnons : ne pas prendre l’usager pour ce qu’il est et le considérer pour ce qu’il devrait être ….

Nous devrions garder en mémoire la formule de Musser et O’Reilly : « la simplicité entraine l’adoption » dans l’élaboration de nos services en ligne. Proposer une page sur laquelle nous listons les fils rss proposés par la bibliothèque n’est pas suffisant. Car elle ne satisfera que la petite minorité d’usagers privilégiés et aguerris aux flux. Bien évidemment nous nous devons d’accompagner l’usager vers ces outils de syndication. A romans sur isère, nous allons travailler à la réalisation de petits tutoriels vidéos expliquant comment utiliser les fils rss de notre catalogue. Mais là encore ce n’est pas suffisant. Nous devons aller plus loin et donnés accès à  certains flux rss de nos portails à des usagers qui partent en courant dès que nous prononçons les mots agrégateur, syndication ou RSS. Cela pourrait être les fils RSS des nouveautés par genres via un widget embarqué sur le site , ou encore un univers netvibes dédié. Du fil Rss sans s’en rendre compte, sans forcément savoir comment cela fonctionne.

Je le répète souvent dans mes interventions, les services 2.0 hybrides de bibliothèque ne créent pas de générations spontanées d’usagers 2.0 hybrides, ni de bibliothécaires 2.0 hybrides d’ailleurs. A nous d’expliquer, d’accompagner, d’animer et de proposer des services avec des parcours adaptés….c’est une évidence et mine de rien on l’oublie vite !

Reblog this post [with Zemanta]