le web reste un outil sans précédent en termes d’échange et de partage culturel. Il faut que les acteurs de la chaîne du livre (éditeurs, libraires, bibliothèques et auteurs) l’investissent en acceptant les nouveaux modes de fonctionnement (horizontaux et périphériques). En proposant des services pour les accompagner, au lieu de les freiner ou de les pointer du doigt en les vivant comme autant de « menaces » possibles. Bref, en arrêtant de le regarder ou de l’analyser comme un conducteur de diligence regarderait les plans du futur TGV.

Olivier Ertzcheid dans une interview croisée avec Philippe Colombet, responsable des partenariats Google Livres dans l’espace francophone et Neelie Kroes, commissaire européenne en charge de la société digitale, ayant pour thème « Google et la numérisation en questions » sur le site evene.fr


Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s