– Un mois de travaux à là Médiathèque de la Monnaie. Un mois de fermeture au public. Un mois à déménager au fil de l’avancement des travaux des mètres d’étagères, des kilos de livres, des tonnes de mobiliers … tout cela par les bibliothécaire … la polyvalence au sens très très large du terme.

– Premier cycle d’interventions dans les collèges romano-péageois. Rencontres et échanges passionnants avec les adolescents sur leurs usages du web. Un milieu enseignant incapable de porter un regard objectif sur cette génération connectée sans la juger sévèrement. A les entendre le web génère une génération incapable d’écrire autrement qu’en language texto, et qui se coupe du monde devant leur écran…. je caricature à peine. Des parents totalement démunis et convaincus qu’une connaissance technique de l’informatique est le préalable à une parentalité numérique.
En fait, j’ai pu mesurer la rupture générationnelle autour du web. Elle n’est pas que technique. Les ados perçoivent le web comme le moyen de communiquer et de renforcer les liens avec ses pairs et rien qu’avec ses pairs. Les adultes, le perçoicent comme une fenêtre ouverte sur le monde, le savoir mais aussi l’inconnu.Deux approches différentes …


Une anecdote :  je leur demande comment ils utilisent le web dans le cadre d’un travail scolaire. La réponse est systématique : Google + Wikipédia + copier/coller. Et le dictionnaire ? La réponse est sans appel : dans le dictionnaire il n’y a que des gens morts, d’ailleurs un dico c’est mort. Internet c’est vivant … Et la bibliothèque ?

– Passage à la bouquinosphère organisée par Hubert. Grande joie de retrouver Silvère et d’échanger sur nos projets respectifs & communs devant un mousse bien fraiche …. ça change du clavier. Lire Virginie sur cette soirée.

Diner aquatique en début de semaine avec l’équipe de CVS. Plaisir de retrouver Laurent et de rencontrer Gilles RettelDaniel et Dominique on se croise lors de la prochaine réunion peut être ?
Il fut question de fédérer les critiques de bibliothécaires … et du bordel ambiant causé par le numérique dans le monde de l’édition et de la musique … personne ne sait où nous allons …. même pas les bibliothécaires !

– Totalement séduit par Hacienda, groupe Texan imbibé de pop rock 60’s – mes premiers amours musicaux -. « she’s got a hold on me » en extrait.
Soyez attentif à la fin du clip …. le gars avec une chemise à fleurs qui danse au milieu du salon aurait le même sens du rythme que moi … dixit un pote …. je le prends comment ?

– J’oubliais, joyeux nobel et encore bananier ! ….. ok je sors ….

Advertisements

Un commentaire sur « Inventaire semaines 47 à 50 »

  1.  » personne ne sait où nous allons …. même pas les bibliothécaires !  » : heureusement, rien de plus chiant que de savoir où l’on va… 😉 La vie, c’est la sérendipité

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s